Les démarches pour effectuer un test de paternité

Le progrès de la science ne cesse d’apporter des innovations afin de faciliter les enquêtes et les recherches. Une preuve irrévocable, le test de paternité permet de confirmer le lien de filiation biologique. Pourtant, cela doit s’effectuer avec des motifs bien justifiés. De ce fait, il existe des démarches importantes pour réaliser ce test.

Pourquoi opter pour un test de paternité ?

Une analyse génétique, le test de paternité sert généralement à établir un lien entre un homme présumé père et un enfant. Or, sa réalisation s’effectue parfois lors d’une procédure judiciaire pour différentes raisons :

A lire aussi : Prise de masse femme : guide complet pour développer la masse musculaire

Les raisons juridiques

Ordonné par un juge du tribunal, ce test sera autorisé dans le cadre de différentes actions juridiques ayant pour but de : 

    A découvrir également : Quelle est la femme de Valtteri Bottas ?

  • Contester un lien de filiation, dans ce cas, il se peut que
    cela soit un test de paternité demandé par le père.
  • Effectuer le rétablissement de la présomption de paternité.
    Ce cas se présente souvent dans le cadre du divorce du père et de
    la mère.
  • Reconnaissance de paternité, pour un enfant qui
    souhaite retrouver son père biologique, surtout pendant sa
    minorité.
  • Reconnaître l’identité d’une personne décédée durant
    une enquête policière. Ainsi, les prélèvements seront effectués
    entre le défunt et l’un de son enfant.

Cependant, seuls des laboratoires spécialistes, autorisés par le ministère de la Justice, peuvent réaliser ces tests. Les techniciens vont alors suivre les normes ordonnées avant de pouvoir entamer le prélèvement des empreintes génétiques des deux parties. Par contre, les sanctions s’appliquent pour ceux qui ne possèdent pas d’autorisations. Pour vous rassurer, des laboratoires certifiés pourront vous accompagner pour le test de paternité, plus d’informations ici.

Le lien de filiation associé à des obligations

La vie familiale n’est pas toujours aussi facile lorsqu’elle fait face à des problèmes judiciaires. Certes, le lien de filiation requiert des obligations pour le père. En cas de divorce ou d’une reconnaissance, la preuve de paternité permet de verser à son enfant une pension alimentaire pour subvenir à ses besoins. Dans le cadre d’un héritage, un enfant reconnu grâce à un test de paternité deviendra un héritier légitime. Par contre, elle peut également défaire le pouvoir exercé sur le paternel si les empreintes génétiques prélevées n’ont aucune similarité.

En cas d’adoption

Les enfants pris en charge par d’autres pères peuvent éprouver le besoin de recherche de paternité.

Traçage d’éventuels antécédents de maladie

Généralement, un test prénatal doit être établi avant l’accouchement. Dans le cas où le test n’a pas été fait, l’enfant peut présenter des symptômes de maladies génétiques comme : la trisomie, la mucoviscidose et bien d’autres dont les origines sont inconnues. Pour avoir plus de réponses, faire un test ADN au niveau de sa lignée maternelle et paternelle s’avère nécessaire.

Les étapes à suivre pour effectuer le test

Le test de paternité se présente comme la plus fiable des procédures pour confirmer la véracité d’un lien de filiation biologique. Pour le réaliser, il existe des étapes obligatoires à suivre afin de rendre ce test légal aux yeux de la loi.  

Les critères à prendre en compte

Pour qu’un laboratoire spécialiste puisse établir une analyse d’échantillon, vous devez présenter des pièces justificatives. Une analyse revendiquée par le tribunal, une carte d’identité ou d’autres documents officiels, restent indispensables même lors d’un test de paternité demandé par le père. Par ailleurs, un demandeur doit présenter un document d’autorité parentale lorsque l’analyse s’effectue à mineur.

Le résultat du test ADN s’avère fiable et rassurant pour les demandeurs. De ce fait, vous pouvez vérifier les accréditations du laboratoire régies par des organismes vérificateurs de normes. Cela implique surtout la qualité de service que le laboratoire peut offrir à ses clients, ainsi que ses méthodes de travail.

Les conditions de réalisations

En tant qu’analyse scientifique, l’ADN est le facteur qui permet de vérifier le lien de filiation entre deux personnes. Pour ce faire, il existe des types de prélèvement possibles pour effectuer un test de paternité : soit par une prise de sang, par frottis buccal ou avec des supports comme une brosse à cheveux ou une brosse à dents.

Pour la prise de sang, vous devez vous rendre auprès du laboratoire concerné. Quant au frottis buccal, ainsi que les supports, vous pouvez recevoir un kit de prélèvement par courrier jusqu’à votre domicile. Pourtant, vous devez suivre la notice d’utilisation et par la suite envoyer les échantillons au laboratoire. Suite à cela, il ne vous reste plus qu’à attendre trois jours pour obtenir le résultat.

2

Les différents types de test de paternité disponibles sur le marché

Il existe plusieurs tests de paternité proposés sur le marché en fonction du besoin et des caractéristiques propres à chaque demande. Les tests les plus courants sont :

Ce type de test est facilement accessible pour tous, car il peut être effectué depuis chez soi. Il suffit simplement d’acheter un kit en ligne ou dans une pharmacie puis de réaliser l’échantillonnage selon la notice fournie.

Ce type de test ne permet pas toujours d’avoir une analyse fiable, surtout si les précautions nécessaires n’ont pas été prises lors du prélèvement. Ces résultats ne sont pas reconnus juridiquement et donc ne peuvent être utilisés devant un tribunal.

Ce test dispose d’une valeur légale et peut être utilisé comme preuve devant un tribunal. La procédure doit obligatoirement passer par un laboratoire accrédité qui prendra en charge les échantillons relevés selon les normes définies.

L’anonymat est garanti lors de la phase d’échantillonnage alors que l’intervention des experts assure une fiabilité des résultats irréfutable avec un taux supérieur à 99,9%.

C’est l’un des types de tests de paternité qui se base sur les cellules foetales présentes dans le sang maternel dès la 10ème semaine après la conception. Il est utilisé pour déterminer les caractéristiques génétiques du fœtus, ainsi que pour confirmer ou infirmer le lien de filiation biologique avec le père présumé.

Ce test s’avère particulièrement avantageux par rapport à d’autres types de tests prénataux invasifs tels que l’amniocentèse qui présente des risques non négligeables pour la santé du bébé et de la mère.

Ce test se pratique lorsque le père présumé est décédé mais qu’il reste un doute quant au lien de parenté. L’analyse peut être réalisée sur divers échantillons, tels que des cheveux, des os ou encore des objets personnels appartenant à cette personne.

Toutefois, ce type de test de paternité est soumis à une législation bien spécifique en France afin d’éviter tout usage abusif.

Vous devez considérer toutes les options possibles avant d’opter pour un test de paternité. Peu importe votre choix, assurez-vous toujours que vous êtes entre les mains d’un laboratoire accrédité reconnu par les autorités compétentes en matière juridique et scientifique. Vous pouvez obtenir une analyse irréfutable et éviter toute erreur pouvant avoir des conséquences graves sur toute situation familiale qui nécessite cet examen ADN.

Les implications légales et éthiques à prendre en compte avant de réaliser un test de paternité

Les implications légales et éthiques à prendre en compte avant de réaliser un test de paternité

Les tests de paternité ont des conséquences non seulement sur le plan familial ou personnel, mais aussi sur les plans juridique et éthique. Avant d’entreprendre toute démarche, pensez à bien résoudre certains cas tels que la reconnaissance officielle d’un lien de filiation biologique en cas de litige entre parents, car cela peut aussi engendrer des problèmes juridiques s’il n’est pas effectué dans les règles.

Dans certains pays, si le père présumé refuse un test légal, cela peut être interprété comme une admission tacite qui permettra au tribunal d’établir une relation génétique sans son consentement explicite. Les règles peuvent considérablement varier selon les régions.

Implications sociales et familiales

Lorsqu’une famille décide de faire un test de paternité pour vérifier la filiation avec certitude, cela a souvent des répercussions majeures sur tous ses membres. Le résultat définitif pourrait changer complètement leur vie en renversant ce qu’ils croyaient jusqu’à présent être leur histoire familiale.



Pensez bien à réfléchir avant d’entreprendre toute démarche, car les résultats pourraient très bien affecter la relation entre les membres de la famille et même conduire à des conflits susceptibles de résulter en une rupture totale.

Implications éthiques

Les tests ADN ont non seulement des implications juridiques et sociales, mais aussi des implications éthiques. Les recherches génétiques peuvent ressembler à une violation du droit individuel à la vie privée ou au secret médical. Des préoccupations quant aux abus potentiels par les compagnies d’assurance ou autres entités sont aussi soulevées régulièrement.



C’est pourquoi il faut tenir compte de toutes ces considérations avant de choisir un test particulier. Pensez bien à demander conseil auprès d’un spécialiste compétent afin qu’il puisse vous aider à comprendre vos options légales ainsi que toutes leurs implications éventuelles.

ARTICLES LIÉS